Après vous avoir dépeint la naissance des moyens de communication en 1900 dans une lointaine et précédente note, nous entamons aujourd'hui le deuxième volet de cette grande fresque historique sur les pionniers de la technologie informatique du début du XXe siècle.

Vous connaissez tous e-Bay, ce site de ventes aux enchères sur lequel on peut acheter des objets dont on n'a pas besoin et où l'on peut en vendre d'autres dont on n'a plus besoin. Mais peut-être ignorez vous tout du fondateur d'e-Bay, une femme discrète et indépendante au sens commercial fort développé ?

Madeleine Vacherin Ebay - c'est elle - est née en 1854 à Plouay (Morbihan), issue d'une modeste famille de camelots qui quittèrent bien vite la Bretagne pour s'installer à Paris (Île de France) pour voir du pays. Malheureusement son père attrapa la syphilis "en buvant dans le verre d'un collègue" (selon ses dires) et la famille n'eut bientôt plus de revenus (surtout qu'elle s'est subitement agrandie quand la mère accoucha de jumeaux étonnamment noirs "en ayant accidentellement gouté un morceau de tartelette aux framboises dans l'assiette d'une voisine").

L'avenir de la famille reposa alors sur les larges et robustes épaules de Madeleine. Elle eut l'idée de collecter bon nombre d'objets presque peu usagés qu'elle remit aussitôt en vente sur la place publique, les proposant au plus offrant. Associée au banquier Simon-Augustin Pépal, qui lui avait autorisé un crédit à un taux hautement prohibitif, Madeleine devint bientôt une femme qui suscitait la convoitise chez la gent masculine de l'époque. Et l'on devine aisément pourquoi quand on regarde la photo ci-dessous.

madeleine_ebay

Document rare : Madeleine Vacherin Ebay et sa collecte du jour, Paris, 1909. L'on remarque à l'arrière-plan, les nombreuses publicités et messages informatifs qui sont toujours présents sur eBay cent ans plus tard : "D'autres vendeurs proposent cet objet", "Veuillez payer cet objet", "Y a pas de mal à se faire du paypal".
Archives familiales.


On parle beaucoup de de WikiLeaks en ce moment et de son fondateur Julian Assange (dit aussi Juju) en raison des informations ultra confidentielles que celui-ci met en ligne et qui menacent d'ébranler la fragile diplomatie internationale. On y trouve des scans de post-its de la Maison Blanche sur lesquels il est écrit que le président français est "petit, bête, méchant, menteur, orgueilleux, prétentieux et qu'il sent mauvais de la bouche" (je crois que c'était l'idée générale) ou encore des notes de service du Pentagone rappelant que "c'est au tour de Jack de déblayer la neige devant l'entrée principale pour pas qu'il y a des piétons qui se cassent la binette !" et d'autres documents au caractère tout aussi confidentiel et sensible.

Mais il est surtout temps de rendre hommage aux créateurs de Wikipédia, véritable source d'information hautement fiable (à 63%) : Monsieur Jean Lanus Wiki et Madame Hortense de Troudbal-Pédia.

La contraction de leurs noms de famille eut tôt fait de donner un titre à leur ouvrage de référence : "La grande encyclopédie de Lanus et Troudbal". Malgré un premier échec d'édition fort cuisant et encore inexpliqué, les deux auteurs sortirent une réédition identique à la première, en changeant uniquement les noms d'auteur : Wiki Pédia. Un carton ! Plus de 120.000 exemplaires écoulés en quelques mois. La raison de leur succès visionnaire résidait surtout à un prix de vente défiant toute concurrence. Cette fameuse encyclopédie imprimée s'était en quelque sorte rédigée toute seule, en sollicitant la collaboration d'amis, de parents, de voisins, de commerçants de quartier sur le sujet qu'ils maîtrisaient le mieux. Parfois les grandes idées sont les plus faciles à mettre en oeuvre.

2femmes1900

Ici, Hortense de Troudbal-Pédia (debout) relisant l'article de son amie Amélia Podzob-Gougueule (épouse du détective promu à un brillant avenir dans le milieu de la recherche) sur "Les meubles fragiles, trop petits et pas pratiques pour écrire dessus".

sitonit

Ci-dessus, Jean Lanus Wiki (avec la moustache) et son voisin Paul Turjessan (dit Popol), auteur de l'article sur "L'amour masculin bestial à travers les pantalons" et "La raie sur le côté avec les cheveux gras mouillés : mythe ou réalité?" (l'on se souvient surtout de ce dernier).

A suivre...


Merci pour vos messages bien sympathiques pendant mon inactivité temporaire :-)