Le bouchon magique

24 février 2011

"Evil dungaree"

Laissez-moi vous conter aujourd'hui la bien curieuse légende d'un vêtement dont l'invention relève aussi bien de la croyance populaire que de la sorcellerie :

 salopette

 

En l'an de grâce 1015, le roi de France Robert II le Pieux demanda à son enchanteur, Raoul le Fistuleux, de lui confectionner un vêtement magique qui permettrait à son porteur de s'acquitter des tâches de construction les plus ardues, d'habitude réservées aux serfs qui les accomplissaient la raie de leurs fesses poilues à l'air et  à la vue de tous, tout en bougonnant et jurant contre l'outil qui n'est jamais à sa bonne place.

Le roi était en effet passionné par la sacro-science du bricolage mais n'y entravait malheureusement nenni. Le mage, qui tenait son bien étrange pouvoir du puissant enchanteur Merlin-Leroy, s'exécuta et, au bout de plusieurs jours passés dans son laboratoire, offrit à son seigneur l'habit de ses rêves. "Prenez garde, Messire, le port de cette étoffe ne peut que servir les desseins honnêtes d'un coeur pur porté par une âme chaste ! Malheur à l'entourage de celui qui se livrerait à des actes de bricolage vil et malfaisant ! Le courroux dévastateur des forces de l'ombre s'abattra alors sur l'ouvrage impur, terrassant tout sur son passaaaaage! " ajouta le mage, qui en rajoutait des caisses, en tendant le costume à Robert II.

bob

S'il est vrai que l'on mira déjà rois dans des atours plus somptueux, oncques ne vit jamais seigneur plus adroit dans l'art de refaire les joints de la baignoire.

"C'est pratique les bretelles, je peux garder ma chemise à carreaux en dessous!" avait-il l'habitude de confier à ses sujets lorsque Robert portait sa chemise à carreaux.

Le bon roi Robert II, qui n'était pas surnommé le Pieux pour des prunes, porta en effet mieux que quiconque le vêtement bleu, couleur des rois de France. Quand il fut terrassé par une gastroentérite fulgurante, le mage Raoul retira la salopette ensorcelée du corps défunt afin de la cacher en un lieu plus sûr qu'un sépulcre royal. Malgré ses puissants pouvoirs, il eut bien du mal à ravoir la salopette et il emporta le secret de la cachette dans sa tombe. On ne revit plus l'habit à bretelles jusqu'à ce que...

En juillet 1975 à Paris, un couple d'origine italienne arpentait romantiquement les allées ombragées du bois de Vincennes. Ca discutait grands projets, couleurs des yeux, couchers de soleil, programme TV du soir, quand tout à coup, la jeune femme fut surprise par un reflet brillant qui lui fit battre ses longs cils soyeux. Intrigués, ils allèrent voir de plus près la raison de cet éclat soudain. C'était l'une des boucles argentées de la bretelle royale. Cette dernière était remontée à la surface après plus d'un millénaire passé sous terre. Malgré son âge, la salopette était dans un état neuf. Le jeune homme, apprenti plombier, enfila la salopette pour faire le malin devant sa copine et fut pris d'une telle frénésie constructiviste qu'il s'inscrivit aussitôt à l'école d'architecture de Paris. Animé par des intentions nobles et par un projet bénéfique, le porteur fut récompensé par la salopette qui lui garantît vite une renommée internationale.  

 

mario01

"Je vais laisser les petits tuyaux apparents comme ça si y a une fuite, on la trouvera plus vite!"
Il fallait y penser, une telle idée ne pouvait-elle donc émaner que d'un acte de magie ?


Fort de cette épreuve et d'une carrière sans tâche, Renzo-Mario fut pris d'une remise en cause globale tardive et décida qu'à partir de maintenant seuls ses talents d'architecte lui assureraient gloire, sans l'intervention magique d'une salopette ! C'était au début des années 2000 et il mit sa salopette en vente sur e-bay...

Malheureusement, la salopette magique tomba dans les vilaines mains de son acquéreur et nouveau propriétaire. Elle perdit alors ses vertus magiques comme l'avait prédit le mage Raoul. La maison dans laquelle avait sévi le porteur de la salopette était damnée pour l'éternité. Les lettres collées sur les murs creusaient des crevasses irréparables, emportant avec elles la tapisserie, la peinture, le plâtre, les briques. Les lattes du faux plancher se soulevaient au bout de quelques semaines et les stickers disséminés dans la maison se décollaient, laissant à jamais sur les murs la trace de leur fugace et destructrice présence. Les bulles des tapisseries bariolées marouflées étaient intransperçables et cloquaient les motifs rococo en argent sur fond noir.      

valerie

L'on colporte même la légende que la porteuse de cette salopette aurait réalisé des collages encadrés sataniques qui brûleraient instantanément les yeux de celui qui porterait son regard sur eux...

Posté par j erome à 16:18 - - Commentaires [50] - Permalien [#]
Tags : ,


23 février 2011

Du côté de chez les autres

Comme c'est un peu le calme plat niveau créations sur ce blog ces temps-ci, je vous propose une petite visite guidée (gratuite) de blogs qui créent et qui sont actifs, notamment dans la cause du bouchon.

Commençons par Baya qui réalise depuis quelques semaines une superbe histoire, originale, magnifique et intrigante, entièrement à base de bouchons, de papier kraft, de carton et d'autres éléments aux douces teintes sepia. C'est super bien fait, c'est prenant et en plus c'est drôle et rempli de références. L'histoire (presque) complète se savoure ici. Et pour vous mettre l'eau à la bouche deux visuels empruntés à son blog.

baya01

La couverture et une page (photos Baya)
Info pratique : Plutôt que de cliquer sur la photo qui propose un agrandissement moyen, je vous propose le clic droit sur la photo et "ouvrir le lien dans un nouvel onglet" ou "fenêtre", on voit vachement mieux.)

Souhaitons à Baya que son projet fasse le carton qu'il mérite!  Mais ce projet a un gros défaut : il est trop "original" ! Difficile visiblement de trouver un éditeur quand on est trop original. Ca rentre pas dans les cases ni dans les collections...

Et je profite de l'occasion que je me donne pour reparler d'elle (j'en avais déjà parlé il y a longtemps): vous pouvez toujours vous rincer les mirettes sur les très belles et poétiques sculptures en papier mâché, entre autres matériaux, chez Camille, qui travaille régulièrement avec Baya sur de bien chouettes projets, tels que les Coeurs épouvantails (à découvrir en détail sur leurs blogs respectifs)

camille

Le petit chaperon loup (photo Camille)


Toujours dans le domaine du bouchon - mais pas que - je vous propose de visiter le blog de Terry Border, Bent Objects, qui sait donner vie aux objets et aux aliments de la vie quotidienne au travers de saynètes poétiques, gores, licencieuses et toujours drôles. Le plus stupéfiant, c'est qu'il sait trouver l'équilibre des objets (et des cacahuètes.)

bent
(photos Terry Border / Bent Objects)

En dehors des cacahuètes zombies (en bas à gauche) et de Marylin pâtisserie (en haut à droite), les amateurs de chips, de gâteaux chinois, de soupe, de sauce tomate, de sucre, de chamallow, de fourchettes, d'éponges... pourront se régaler sur ce fantastique blog garanti sans OGM ni photoshop. 


Poursuivons notre cheminement sur le blog de Kira Shaimanova, très talentueuse modeleuse. Entre caricature de people et réalisations fantasmagoriques, un point commun : beaucoup de talent et une minutie d'exécution à toute épreuve. Elle nous permet également d'admirer les différentes étapes de son travail, du crayonné jusqu'à la photo finale en situation, en passant par les phases de modelage, d'habillage et de mise en couleurs. 

kira

On reconnaîtra Michael J. et son ami Peter P. sur la photo du haut ainsi que la douce et pondérée Amy W.en bas.
(photos Kira Shaimanova)



Du modelage au street-art, il n'y a qu'un petit pas de géant franchi par Slinkachu qui abandonne ses petits personnages dans les rues des grandes et des petites villes. Encore faut il avoir une excellente vision pour les repérer et ne pas se promener le nez en l'air. Ceux qui aiment les minus et la minutie seront forcément enchantés par le blog et le site "little people". Un livre a été édité également reprenant les scènes de ses "little people".

little

Un "petit" aperçu du projet Little People
(photos Slinkachu)

et un petit dernier pour la route

little02

"C'était elle ou nous"
(photo Slinkachu)

Ha bin ça m'a fait plaisir de vous parler de ces blogs et sites là. Ca me motiverait presque pour ressortir tout mon matériel à bouchons (j'ai dit "presque" hein).

Posté par j erome à 13:34 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

16 février 2011

A vos feutres !

Houlà, on est presque déjà en 2012 et je n'ai pas fait de mise à jour depuis le début de l'année ! Qu'à cela ne tienne. Je vous présente aujourd'hui le fruit d'un long labeur artistique à la portée intellectuelle et humoristique qui ne vous échappera pas.


Ha, ça donne envie de sortir ses feutres, hein ?!

En cliquant sur l'image, la portée intellectuelle des dialogues vous échappera encore moins.

Il s'agit là de ma bien modeste contribution au concours organisé par Elosterv qui est doté de prix très intéressants : un écran plat à LED, une PS3, un saucisson à l'ail, un dessin original.

L'objectif de ce chouette concours : imaginer ce que chevauchait la belle à la place du point d'interrogation (car, ne nous le cachons pas, il est assez rare de chevaucher des points d'interrogation dans la vraie vie, alors qu'être émoustillé à l'idée de passer une soirée avec un télétubbie, c'est tout de suite plus réaliste...) 

ruh

Elosterv à dada, par Elosterv

Si le coeur vous en dit et que vous avez le goût du coloriage, n'hésitez pas à remplir ce dessin de couleurs chatoyantes et à m'envoyer vos réalisations pour qu'elles figurent en bonne place sur ce blog dédié au bon goût et à la bonne humeur. 

Posté par j erome à 19:17 - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

10 janvier 2011

2 0 1 1 l'année qui va piquer les yeux!

Cher toi, chers vous...

cartevoeux

L'an 2011 tel que je vous le souhaite !
(laissez vous téléporter dans l'image)

Je vous souhaite une année riche en couleurs, en motifs chamarrés et chatoyants !
Une année groovy qui funke, qui discote et qui fait du grand écart latéral avec son costume blanc sur les dalles lumineuses de la piste de danse sous les boules à facettes le samedi soir !
Une année Emma Peel en combi vinyle, une année Austin Powers en chemise à jabots, une année Danny Wilde et Brett Sinclair dans des petites voitures qui roulent vite sur les routes de Monaco !
Une année peace and love à pattes d'eph, aux cheveux gras mouillés et au sac US Army sans forme dans le dos !
Une année vintage qui skaïe, qui vinyle, qui formicate, qui bakélite, qui plastique et qui spoutnique !
Bref : une année pas rétro, pas noir et blanc, pas ORTF ni Léon Zitrone, une année pas John Steed, une année pas sous-pull en acrylique qui gratte et qui fait transpirer ! 

blogcarte02

Je vous souhaite une année qui pique un peu les yeux, qui fait ciller, cligner et qui dilate les pupilles (sans élément rajouté) !

Bin ça, c'est pas des voeux que vous entendrez sur TF1 en direct de l'Elysée, j'vous l'dis moi !

Posté par j erome à 08:13 - Commentaires [32] - Permalien [#]

01 janvier 2011

Le design pour les nuls

Vous êtes nombreux à apprécier la beauté jolie des belles choses dont ce blog ne cesse de colporter l’existence. A nouveau, nous allons nous plonger, la tête la première, dans le bain bouillonnant de la culture (remplie d’obao bleu qui mousse) pour comprendre c’est quoi au fait que le «design» (pour les non anglophones, ça se prononce «disein» en allemand.)

Il est très simple de briller en société quand on sait s’extasier avec justesse devant les courbes sveltes et les lignes épurées, non pas de la maîtresse de maison, mais de tel canapé, de telle chaise ou de tel objet dont la fonction n’est pas évidente au premier abord mais qu’on devine que ça a pas été pondu par le premier clampin venu car il s’agit là, bien au contraire, du résultat d’une longue réflexion menée de concert par un architecte ou un «designer» avec un éditeur de meubles ou de lampes (ou de presse-agrumes). Et vous constaterez que, dès qu’on parle de design, il faut faire des phrases longues sinon on n’est pas crédible du tout.

maitresse

Maîtresse de maison (allégorie)

Si l’on en croit Wikipédia :«Le design est une discipline visant à représenter concrètement, une pensée, un concept ou une intention en tenant compte éventuellement d'une ou des contraintes fonctionnelles, structurelles, esthétiques, didactiques, symboliques, techniques et productives. Ces représentations peuvent être tangibles ou virtuelles et s'inscrivent de préférence dans un contexte social, économique, culturel.»

Voilà voilà, on a tout bien compris, mais sinon ?.. Pour que ce soit encore plus clair (si tant est que ce soit possible), j’ai invité Monsieur Philippe Starck à nous en dire un peu plus sur le design. Pour rappel, Monsieur Philippe Starck est LE designer le plus célèbre au monde depuis au moins vingt ans et qu’il a designé tout ce qu’il était possible de designer : de la brosse à dent à l’immeuble, en passant par les meubles, les accessoires de la cuisine et même les motos. C’est dire s’il est l’homme de la situation.

starck82

Philippe Starck faisant le mariol

- Bonjour Monsieur Philippe Starck. Pouvez-vous nous expliquer (enfin moi je sais, mais c’est surtout pour les lecteurs du blog) c’est quoi en fait que le «disailline»?

- Bonjour, et merci de me laisser ma parole. J’ai tendance à dire que le design est une discipline visant à représenter concrètement, une pensée, un concept ou une intention en tenant compte éventuellement d'une ou des contraintes fonctionnelles, structurelles, esthétiques, didactiques, symboliques, techniques et productives. Ces représentations peuvent être tangibles ou virtuelles et s'inscrivent de préférence dans...

- oui oui, et sinon ?.. Grouille, j’ai une mise à jour à faire, moi.

- Donc moi souvent je fais l’inverse. Par exemple, on achète des chaises pour qu’elles se voient et qu’elles s’harmonisent bien avec le reste de l’intérieur. Et bin moi, paf, voilà t’y pas que j'te ponds une chaise transparente ! Donc à moins d’avoir tout le reste du mobilier transparent, bin ça va avec rien, mais comme ça se voit pas, c’est pas gênant. Par contre, ça s’harmonise bien avec les vitres et les fenêtres.

- Haaa ouai... (Rappelons que M. Starck a aussi inventé le tabouret transparent où qu’on shoote dedans sans faire gaffe et vazy que ça te pète l’écran plat du salon ou la collection de moules Vallauris sur le guéridon de l’entrée, NDLR)

transparent

- Pareil, mon presse-agrumes ! Hé bin déjà tu vois comme c’est chiant de presser des citrons sur les petits chapeaux mexicains en plastique avec le petit réservoir en dessous qui filtre les pépins et la pulpe ?! Du coup, moi, je te l’ai mis bien en hauteur sur trois pieds tout fins, sans réceptacle en dessous : à toi de te démerder pour pas que les pépins ils aillent dans le verre et pis pour pas faire riper tout le bidule en appuyant trop fort sur le machin qui tient pas bien!

presseagrumes

- C’est sûr, c’est bien pensé. Et sinon, le design dans tout ça ?

- Ha oui c’est vrai… Alors, le design. Faut pas se leurrer, le design n’est pas français. Ca pour te faire des meubles rococo avec des sculptures partout et des petites dorures en-veux-tu-en-voilà, y a du monde! Mais dès qu’il s’agit de faire des lignes sveltes et des formes épurées, là, y a pu personne bizarrement ! Faut aller chercher ça aux States (en Amérique, NDLR) et en Scandinavie (les pays où que ça caille, NDLR). Ha pis aussi en Italie (pays où on mange des pâtes meilleures qu’en France. NDLR), ils sont pas manchots non plus là bas!

- Bon, c'est pas grave, laisse, je vais continuer à expliquer tout seul.


Eero_Saarinen_and_Florence_Knoll

Indice : il ne s'agit pas d'une trompette en train de fondre.

Ci-dessus à droite, Eero Saarinen (designer d’un pays où qu’y caille) en train d’expliquer à Florence Knoll (marchande de meubles américaine) le principe de sa chaise et de son fauteuil sur pied tulipe, dans les années 60. «Vaikka näet laitan kultaus kaikkialla tekemään enemmän ja minä veistää melko arabesques koska jokainen rakastaa rokokoo aiheita. Mitä sanot? Ha harmi on tehdä pieni tyyny, jonka kanssa se, se on liikaa pallo! KJN»
Au cas où y en auraient parmi vous qui comprendraient pas le finnois, en gros ça donne «Alors là, tu vois je vais rajouter des petites dorures partout pour faire plus joli et je vais sculpter des arabesques parce que ça plait aux gens, çà, les motifs rococo. Qu’est ce t’en dis? Ah pis faut aussi que je fasse le petit coussin qui va avec, ça va être trop d’la balle! MDR»

Ce à quoi, Mme Knoll répondit : «???» (pour ceux qui comprendraient pas l’américain ça donne en gros qu’elle a pas écouté du tout car elle était en train de répondre à un sms sur son I-phone.) Au final, les petites dorures et les arabesques furent délaissées au profit d’une ligne courbe et épurée. Mais Saarinen conserva tout de même l’idée du petit coussin qui allait avec parce que c’est plus confortable.

Un autre exemple :


panton


L’on peut également citer Verner Panton (Danois, un autre pays où qu’y caille. Décidément, ils ont rien d’autre à foutre que d’inventer des chaises, là haut ! NDLR) et sa chaise qu’il ne faut pas trop basculer en avant, parmi les designers les plus influents du XXe siècle (bien qu’il n’ait pas pensé au petit coussin qui allait avec).

Pour finir, je vous propose un petit quizz pour voir si vous avez tout bien compris à ce qu’on a dit depuis le début. A vous de reconnaître ce qui est design de ce qui n'est pas design. 

lampes

tabourets

mobilier

Réponses :
Vous avez une majorité de A, c'est bien. Vous êtes un expert des lignes épurées et des formes sveltes. Vous connaissez par coeur les noms des gammes de meubles d'Ikéa et refaites la déco chaque année en vous inspirant des tendances actuelles avec une petite touche de valeurs sures du design du passé. Vous préférez le saumon à la choucroute et vous parlez au moins une langue nordique (danois, finnois, suédois, norvégeois...) Vous avez les numéros de portable de Eero Aarnio, Eero Saarinen, Alvar Aalto, Verner Panton dans votre carnet d'adresses.

Vous avez une majorité de B, c'est pas top top. Vous vivez certainement à la campagne dans un intérieur rustique aux murs  recouverts de lambris de pin vernis qui montent jusqu'au plafond crépis et vous avez disposé des petits napperons derrière la tête sur le canapé pour pas graisser le cuir parce que ça vient de chez Cuir Center. Vous vous extasiez devant la beauté des intérieurs traditionnels bavarois et vous trouvez que le short à bretelles en velours c'est très joli parce que ça va bien avec le petit chapeau à plume comme dans Sissi. Les noms de Eero Aarnio, Eero Saarinen, Alvar Aalto, Verner Panton ne vous disent rien mais vous trouvez ça rigolo comme tout.

Voilà, si avec tout ça vous n'avez pas compris l’essence même du design, vous pouvez toujours continuer à vous extasier devant les lignes courbes et épurées de la maîtresse de maison. Ou alors, allez faire un tour sur le blog aux formes épurées de la vie en rouge qui parle joliment du design et sur celui aux lignes sveltes de Marvellous qu'est pas la dernière non plus pour montrer des belles choses. 

Robe_de_soiree_La_Sublime_133431

Maîtresse de maison (design scandinave)

Posté par j erome à 18:54 - - Commentaires [29] - Permalien [#]
Tags :



10 décembre 2010

Techno 1900

Après vous avoir dépeint la naissance des moyens de communication en 1900 dans une lointaine et précédente note, nous entamons aujourd'hui le deuxième volet de cette grande fresque historique sur les pionniers de la technologie informatique du début du XXe siècle.

Vous connaissez tous e-Bay, ce site de ventes aux enchères sur lequel on peut acheter des objets dont on n'a pas besoin et où l'on peut en vendre d'autres dont on n'a plus besoin. Mais peut-être ignorez vous tout du fondateur d'e-Bay, une femme discrète et indépendante au sens commercial fort développé ?

Madeleine Vacherin Ebay - c'est elle - est née en 1854 à Plouay (Morbihan), issue d'une modeste famille de camelots qui quittèrent bien vite la Bretagne pour s'installer à Paris (Île de France) pour voir du pays. Malheureusement son père attrapa la syphilis "en buvant dans le verre d'un collègue" (selon ses dires) et la famille n'eut bientôt plus de revenus (surtout qu'elle s'est subitement agrandie quand la mère accoucha de jumeaux étonnamment noirs "en ayant accidentellement gouté un morceau de tartelette aux framboises dans l'assiette d'une voisine").

L'avenir de la famille reposa alors sur les larges et robustes épaules de Madeleine. Elle eut l'idée de collecter bon nombre d'objets presque peu usagés qu'elle remit aussitôt en vente sur la place publique, les proposant au plus offrant. Associée au banquier Simon-Augustin Pépal, qui lui avait autorisé un crédit à un taux hautement prohibitif, Madeleine devint bientôt une femme qui suscitait la convoitise chez la gent masculine de l'époque. Et l'on devine aisément pourquoi quand on regarde la photo ci-dessous.

madeleine_ebay

Document rare : Madeleine Vacherin Ebay et sa collecte du jour, Paris, 1909. L'on remarque à l'arrière-plan, les nombreuses publicités et messages informatifs qui sont toujours présents sur eBay cent ans plus tard : "D'autres vendeurs proposent cet objet", "Veuillez payer cet objet", "Y a pas de mal à se faire du paypal".
Archives familiales.


On parle beaucoup de de WikiLeaks en ce moment et de son fondateur Julian Assange (dit aussi Juju) en raison des informations ultra confidentielles que celui-ci met en ligne et qui menacent d'ébranler la fragile diplomatie internationale. On y trouve des scans de post-its de la Maison Blanche sur lesquels il est écrit que le président français est "petit, bête, méchant, menteur, orgueilleux, prétentieux et qu'il sent mauvais de la bouche" (je crois que c'était l'idée générale) ou encore des notes de service du Pentagone rappelant que "c'est au tour de Jack de déblayer la neige devant l'entrée principale pour pas qu'il y a des piétons qui se cassent la binette !" et d'autres documents au caractère tout aussi confidentiel et sensible.

Mais il est surtout temps de rendre hommage aux créateurs de Wikipédia, véritable source d'information hautement fiable (à 63%) : Monsieur Jean Lanus Wiki et Madame Hortense de Troudbal-Pédia.

La contraction de leurs noms de famille eut tôt fait de donner un titre à leur ouvrage de référence : "La grande encyclopédie de Lanus et Troudbal". Malgré un premier échec d'édition fort cuisant et encore inexpliqué, les deux auteurs sortirent une réédition identique à la première, en changeant uniquement les noms d'auteur : Wiki Pédia. Un carton ! Plus de 120.000 exemplaires écoulés en quelques mois. La raison de leur succès visionnaire résidait surtout à un prix de vente défiant toute concurrence. Cette fameuse encyclopédie imprimée s'était en quelque sorte rédigée toute seule, en sollicitant la collaboration d'amis, de parents, de voisins, de commerçants de quartier sur le sujet qu'ils maîtrisaient le mieux. Parfois les grandes idées sont les plus faciles à mettre en oeuvre.

2femmes1900

Ici, Hortense de Troudbal-Pédia (debout) relisant l'article de son amie Amélia Podzob-Gougueule (épouse du détective promu à un brillant avenir dans le milieu de la recherche) sur "Les meubles fragiles, trop petits et pas pratiques pour écrire dessus".

sitonit

Ci-dessus, Jean Lanus Wiki (avec la moustache) et son voisin Paul Turjessan (dit Popol), auteur de l'article sur "L'amour masculin bestial à travers les pantalons" et "La raie sur le côté avec les cheveux gras mouillés : mythe ou réalité?" (l'on se souvient surtout de ce dernier).

A suivre...


Merci pour vos messages bien sympathiques pendant mon inactivité temporaire :-)

Posté par j erome à 11:06 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags :

13 octobre 2010

Artstreet

A l'heure où l'on parle tant de street-art par le biais du nouveau générique des Simpson's conçu par le très talentueux Banksy ou encore du fabuleux art décoratif et engagé d'Obey, il était bien temps de rendre hommage à un artiste tout aussi engagé, généreux, désintéressé et prolifique (et en plus sympathique) à l'esthétique magnifique, multiple et bien identifiable : j'ai nommé Choule Bunker.

Alors, comme on dit dans le milieu des blogs de dessinateurs : voici un "fan-art" où l'on découvre enfin son vrai visage... enfin, du moins, un portrait robot. Mais quelque chose me dit que je ne suis pas très loin de la vérité (la salopette sans doute).

choule

(photo originale par Choule Bunker ; personnage tiré de popcardsfr.blogspot.com)

Posté par j erome à 20:00 - - Commentaires [32] - Permalien [#]

27 septembre 2010

Publicité pour la publicité

publicite

Et pour toujours plus de publicité pour moins de publicités (ou inversement) : ici.

Posté par j erome à 13:36 - - Commentaires [32] - Permalien [#]
Tags :

21 septembre 2010

Pub(il)licitée

Vous l’avez sans doute remarqué, les publicités ciblées se multiplient sur Internet et sur canalblog. Après les bandeaux discrets en haut ou en bas de page, elles se sont immiscées sournoisement entre deux notes puis sont carrément devenues des gros pavés vidéos montrant des petits bijoux d'humour péchés sur youtioube (alors que, franchement, celles de dailymotion sont autrement plus cocasses.)

Je n'ai rien contre le progrès publicitaire mais des fois ça agace un peu. Et j'ai bien peur que ce ne soit pas fini. Mais nous n’allons pas cracher dans la soupe pour autant (car canalblog est bien, canalblog est fantastique, canalblog nous observe) et nous allons même renforcer la présence de publicités dans nos pages en l’intégrant directement au corps du texte selon le même procédé de mots clés propre à ces moteurs de recherches intelligents.

Nous allons nous servir d'une note tout à fait b anale, comme on peut en trou ver dans n'importe quel blog notamment sur celui du bouchon magique, cul te s’il en est.

pub1

Ha, heu, mais c'est déjà commencé ?.. J'étais pas prêt, moi. Du coup, je ne sais même plus ce que je voulais dire, j'ai perdu le fil de mon...

youtubetricot


pubcowboy

... idée. Rhâ, on va pas en faire une montagne non plus mais c'est agaçant quand-même! C'est qu'on se sentirait presque espionné en direct par ces cow-boys du net à la gâchette publicitaire facile.

 



Clique moi dessus, n'aie pas peur.



pubchouleBon,  je disais quoi moi au juste ?!! Ha oui, je disais qu'on allait faire une note tout à fait normale, et quoi de plus normal pour une note de blog que de parler de chatons mignons? Ces animaux de toute beauté au regard plein de tendresse sont en effet les stars de plusieurs notes récentes.

Qu'on les observe buller dans un rayon de soleil sur le sofa ou se chamailler avec les autres chats du quartier, on ne peut être qu'émerveillé par la vie qui émane de ces petites boules de poils. C'est sans doute pourquoi la poste les a choisis comme illustration de leurs calendriers. En plus des saisons qui passent, on y peut admirer leurs jolis minois duveteux et légèrement floutés, aimantés sur le frigo.

Et ça, bin ça nous change drôlement de la publicité. 



Posté par j erome à 17:26 - - Commentaires [25] - Permalien [#]

09 septembre 2010

Installassiette

Revenons à nos bouchons.

Il y a quelques mois, je vous montrais ces images...

marionnette

P1030225_pola

...sans vous avoir précisé de quoi il s'agissait. C'est parce que je suis timide, c'est pour ça.

Mais sinon, ça faisait partie d'une installation plus grande faite pour présenter le programme du festival de marionnettes "Géo Condé" qui a lieu tous les deux ans au Théâtre Gérard Philipe à Frouard. Le thème de la présentation de saison était la soupe, du nom de la compagnie en résidence.

Quelques photos de l'ensemble et de détails.

ensemble


La taille standard de l'assiette à soupe et de la bouteille de sauce peut vous donner une idée des dimensions de l'ensemble que j'ai pris le soin de ne pas mesurer...


detail



plongee

Un jour, j'apprendrai à faire des belles photos.

Et merci à l'équipe du théâtre pour m'avoir permis de présenter cette installassiette dans leurs sympathiques locaux.

Posté par j erome à 16:55 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags :



Fin »